2017-02-22 
ELMO1 au coeur du processus métastatique de la cellule tumorale

Marseille, le 21 février 2017
Un groupe de chercheurs franco-américain conduit par le Dr. Géraldine Guasch du Centre de Recherche en Cancérologie de Marseille (CRCM / INSERM) démontre pour la première fois dans le journal eLife le rôle déterminant d'une protéine dans le processus métastatique de certains cancers.


La voie du TGF-β impliquée dans la formation de tumeurs au niveau des zones de transition
Les zones de transition (TZs pour transition zones en anglais) sont des régions particulières de notre organisme où deux tissus épithéliaux distincts se rencontrent créant une transition abrupte composée de populations cellulaires particulières. Ces TZs se retrouvent au niveau de l'oeil à la jonction de la cornée et de la conjonctive, au niveau du col de l'utérus entre l'endo et l'ectocervix, dans le tube digestif entre l'oesophage et l'estomac, l'estomac et duodénum, l'iléon et le coecum et enfin entre l'anus et le rectum, cette dernière appelée zone de transition ano-rectale ayant servi de modèle d'étude aux chercheurs de cette étude. Chez l'homme et la souris ces régions sont susceptibles de développer des cancers agressifs, responsables de l'apparition de tumeurs (carcinomes des cellules squameuses pour la zone anorectale, néoplasie squameuse à la surface de l'oeil...) qui à leur tour sont capables d'aller envahir d'autres organes secondaires pour former des métastases, derniers paramètres du système international classification TNM (Tumor, Node, Metastasis) et synonyme de mauvais pronostic pour les patients.
A l'origine de cette découverte, les chercheurs ont montré que la voie de signalisation du TGF-β (pour transforming growth factor en anglais) était impliquée dans la formation de tumeurs (Guasch et al., Cancer Cell 2007). Le TGF-β est une protéine impliquée dans la régulation de la réponse immunitaire. Lorsque notre organisme est confronté à la menace d'un antigène, cette voie de signalisation est activée pour déclencher les mécanismes de défense. Si cette voie est supprimée dans certaines régions spécifiques des épithéliums, comme l'on testé les chercheurs dans un modèle de souris au niveau d'un épithélium stratifié (contenant plusieurs couches de cellules) de la zone anorectale, des tumeurs apparaissent.

Les TZs hébergent les futurs candidats à l'exil métastatique
Pour proliférer et se déplacer, les tumeurs présentes dans ces zones de transition s'appuient sur la présence de "super cellules" aux propriétés de cellules souches, seules capables de se multiplier à l'infini en milieu de culture, de former de nouvelles tumeurs et d'induire des métastases lorsqu'elles sont transplantées dans une souris saine. Les chercheurs se sont donc intéressés de près au fonctionnement de ces cellules en comparant leur profil transcriptionel à celui de cellules peuplant d'autres épithéliums squameux également à l'origine de la formation de métastases. "Nos travaux permettent d'établir une corrélation claire entre le niveau d'expression d'une protéine particulière, ELMO-1 responsable de la migration des cellules, et le niveau d'agressivité de la tumeur" explique le Dr. Heather McCauley premier auteur de la publication. En effet, les chercheurs ont montré qu'en diminuant le niveau d'expression de cette protéine, les tumeurs produites par ces "super cellules" conservent leur faculté de prolifération, mais sont incapables de migrer vers les organes secondaires pour former des métastases. "Le gène ELMO1 est un acteur clé dans l'exil des cellules tumorales et de ce fait constitue une excellente cible à visée diagnostique et thérapeutique pour prévenir et traiter les métastases, un champ encore peu exploré dans le traitement des cancers" conclue le Dr. Géraldine Guasch.
Cette recherche a été financée avec le support des fondations V Foundation, Sidney Kimmel Foundation et la Fondation ARC pour la recherche sur le cancer.


Référence
De-repression of the RAC activator ELMO1 in cancer stem cells drives progression of TGFβ-deficient squamous cell carcinoma from transition zones
Heather A. McCauley1*, Véronique Chevrier2, Daniel Birnbaum2 and Géraldine Guasch1,2*
1Division of Developmental Biology, Cincinnati Children’s Hospital Medical Center, 3333 Burnett Avenue, Cincinnati, OH, 45229, USA.
2Centre de Recherche en Cancérologie de Marseille (CRCM), Inserm, U1068, Marseille, F-13009, France, CNRS, UMR7258, Marseille, F-13009, Institut Paoli-Calmettes, Marseille, F-13009, France, Aix-Marseille University, UM 105, F-13284, Marseille, France
eLife 2017 DOI:http://dx.doi.org/10.7554/eLife.22914


Contact
presse@atcg-partners.com
communication@ipc.unicancer.fr
presse@inserm.fr

Geraldine GUASCH
Centre de Recherche en Cancerologie de Marseille
27 Bd Lei Roure, 13009 Marseille
Mobile : +33 (0)6 62 34 64 07
geraldine.guasch-grangeon@inserm.fr

Heather MCCAULEY
Cincinnati Children’s Hospital
3333 Burnet Avenue
45229 Cincinnati, OH, USA
Mobile: 001-949-636-0879
heather.mccauley@cchmc.org

À PROPOS DU CENTRE DE RECHERCHE EN CANCEROLOGIE DE MARSEILLE (CRCM)
Créé en 2008, le Centre de Recherche en Cancérologie de Marseille réunit les quatre grands acteurs de la recherche en PACA : INSERM, Aix-Marseille Université, CNRS et IPC. Avec 250 collaborateurs répartis en 18 équipes, le CRCM met en oeuvre des programmes de recherche innovants dans le domaine du cancer, des aspects les plus fondamentaux à la recherche clinique chez l’homme. Les activités scientifiques et médicales prioritaires sont, d’une part, le décryptage des bases moléculaires de l’oncogenèse et de la dissémination tumorale, et d’autre part, la découverte et la mise en oeuvre d’innovations thérapeutiques dans le traitement des cancers du sein, du pancréas et des hémopathies malignes.
Plus d’ informations at: http://crcm.marseille.inserm.fr/

À PROPOS DE L’INSTITUT PAOLI-CALMETTES (IPC)
Certifié par la Haute Autorité de Santé (HAS) en 2015 niveau A, sans remarques, et membre du groupe UNICANCER, l’IPC rassemble 1 407 chercheurs et personnels médicaux et non médicaux, engagés dans la prise en charge globale de l’ensemble des pathologies cancéreuses : recherche, soins médicaux et de support, enseignement et formation. L’IPC a réalisé plus de 78 970 consultations et accueilli plus de 8 650 nouveaux patients en 2014. La prise en charge à l’IPC s’effectue exclusivement sur la base des tarifs de la sécurité sociale, et les dépassements d’honoraires ne sont pas pratiqués dans l’établissement. Régi par les articles L6162-1 à 13 du Code de la Santé publique, l’Institut Paoli-Calmettes est habilité à recevoir des dons et legs.
Plus d’ informations at: http://www.institutpaolicalmettes.fr


À PROPOS d'ELIFE (TEXTE ORIGINAL) :
Randy Schekman, 2013 Nobel Laureate, Editor-in-Chef
eLife publishes outstanding research in the life sciences and biomedicine, from the most fundamental and theoretical work, through to translational, applied, and clinical research. Our 39 Senior editors and 315-member Board of Reviewing Editors are among the most respected and accomplished individuals in their fields – from human genetics and neuroscience to biophysics and epidemiology. Where necessary, our Senior editors will also consult with external guest editors to evaluate new submissions.

 

   

 

Top